Fourni par Blogger.

Une expo originale en ce moment Au Tri postal de Lille


Ce week-end je suis allé à l’exposition  « Phantasia » au tri-postal de Lille ayant lieu dans le cadre de Lille 3000. 

En allant faire un tour sur le site de l’exposition, on me promettait que « Les artistes tiendraient le visiteur en dehors du réel et de l’ordinaire. Qu'il déambulerait dans des mondes où se succéderaient l’inexplicable, le féerique et le fictif. ». Et bien on peut dire que la promesse a été tenue !


« le solitaire », de Théo Mercier

Dès l’entrée de l’exposition nous sommes accueillis par cet « homme spaghetti », géant au regard vide et à la tristesse apparente. Le ton est donné, nous allons entrer dans un monde où vivent des êtres uniques pour qui on éprouve à la fois de la sympathie mais aussi de la peur. 

Le rez-de-chaussée est occupé par « Desesperanza » de l’artiste Théo Mercier. Ici, on côtoie beaucoup la mort avec des fantômes et des créatures aux os et à la chair apparente, à l’image de cette « Monture d’après la mort ».



« Monture d’après la mort », de Théo Mercier

On pourra distinguer des clins d’œil à la société actuelle, notamment à travers l’œuvre « Le grand public », où j’ai pu distinguer clairement un panel représentatif du public contemporain incrusté dans la société de consommation. 
Je me suis ensuite dirigé au 1er étage pour arriver dans l’univers baroque et surnaturel de  « The Whispering Chamber » de Marnie Weber. 

Dans cette pièce, le surnaturel est omniprésent. Il y a des monstres, des tableaux inquiétants et tout ça sur fond de groupe de rock féminin accroc aux séances de spiritisme.
D’un point de vue personnel, c’est cette pièce qui m’a le plus impressionné à cause, en partie, de cette mise en scène appuyée par des vidéos, mais comme on dit une image vaut mieux qu’un long discours.


L’une des scènes de l’artiste Marnie Weber

Vient ensuite l’univers poétique et clinquant de Nick Cave et ses « soundsuit ». 

Ce sont des armures, pouvant être portées et appelées ainsi à cause du bruit qu’elles font.
Elles sont fabriquées à partir de matériaux s’entrechoquant ou pouvant être frottés tel que des milliers de boutons cousus à même le tissu. On ne peut être qu’admiratif devant le travail minutieux accompli par l’artiste !



Enfin, ce que je retiendrai du 2ème étage, c’est l’univers futuriste de Børre Sæthre, véritable retranscription de l’univers science-fictionnel instauré par des films tel que Star Wars, 2001 : L’odyssée de l’espace . 

Nous déambulons dans des couloirs remplis de lumières et de sons électronique pour finalement arriver sur une pièce où se trouve une licorne baignée dans une lumière rouge intense. Une véritable vision fantasmagorique !


L’un des couloirs futuristes de Børre Sæthre

Il y a énormément d’œuvres d'art à voir dans cette exposition et je ne saurais donc que vous encourager à y aller afin d’en découvrir l’intégralité et vous faire votre propre opinion.
De plus, on se sent comme hors du temps une fois à l’intérieur, comme en flottement permanent.

Pour moi, cela vient du fait qu’il n’y a que très peu de bruit, excepté un bruit sourd en fond qui nous suit tout le long de notre visite. Je pense que la principale sensation vient de là : le silence pesant. 

Par conséquent on s’attend toujours à ce qu’il se passe quelque chose d’inattendu comme l’un des monstres se jetant sur nous ! C’est peut-être d’ailleurs le cas… mais pour le savoir il faudra le voir de vos propres yeux !

http://www.fantastic2012.com/agenda/?id=319
http://www.theomercier.com

GD




Enregistrer un commentaire